ZENOY : Graffitiste addict


Interview


L'artiste zenoy et sa toile

C’est dans son atelier situé dans le 92 que l’artiste ZENOY m’a reçue afin de partager en toute simplicité son parcours et ce rapport fusionnel qu’il entretient avec le graffiti. 


Qui est tu ?

Je m’appelle ZENOY, c’est mon nom d’artiste, de tagueur.

Comment as tu découvert le graffiti ?

Dans le milieu des années 80, comme beaucoup de jeunes de l’époque,  j’ai été fortement influencé par l’émission «H.IP. H.O.P.» animée par Sydney.
C’était une véritable révolution ! Ça m’a permis de m’ouvrir à une nouvelle culture, toute droite débarquée des États Unis. Ça a été, pour toute ma génération, la découverte de la musique hip hop, du smurf, du DJing et du graffiti.
La danse, ce n’était pas pour moi, le rap non plus, j’ai donc porté mon choix sur la pratique du graffiti.Ce qui me plaisait, c’était son côté discret et souterrain.
Ça m’a très vite amené à me chercher un blaze et un tag.

Quelle est l’origine de ton blaze ?

J’ai trouvé mon premier blaze, «AWAISUN», qui était un mixte entre la marque de mon walkman «AWAI» et «SUN». Je pensais évoquer le soleil d’Hawaï, même si en réalité, ça n’avait rien à voir (rire).
Ensuite j’ai fait mes premiers graffs dans la rue sous le pseudo de «TRESH» pour définitivement m’arrêter sur «ZENOY».

«ZENOY»  découle principalement d’une recherche sur l’esthétisme des lettres. Les caractères s’emboîtent bien entre eux. Je ne voulais pas qu’il y ait de référence à quelque chose de connu.  J’avais envie de créer un mot qui n’appartienne qu’à moi.

Comment en est tu arrivé à poser dans la rue ? Sur les trains/métros ?

Dès que j’ai eu mon premier tag «AWAISUN», le but était de se procurer des marqueurs et des bombes, il a fallu trouver des astuces...
Puis j’ai commencé à taguer dans la cour de récré, dans les chiottes, sur les murs de l’école.
Au fur et à mesure, sans vraiment m’en rendre compte,  j’ai apposé ma signature un peu partout, dans un périmètre de plus en plus vaste.

Quand je voyais qu’un mec avait déjà bien défoncé l'intérieur d'un train, j’avais envie faire plus que lui, c’était comme un jeu.

Au fil des rencontres,  j’ai eu l’opportunité de faire l'intérieur d'un train ; on descendait en bande dans les dépôts de la RATP. J’ai adoré zoner dans les tunnels du métro. C’était une plongée dans l’inconnu, un véritable labyrinthe construit comme une pyramide avec des tas de coins cachés.

Comment définirais-tu ton style ?

Mon style a beaucoup évolué avec les années. Je suis arrivé à des résultats auxquels je n’aurais pas pensé au départ. Je joue beaucoup sur les couleurs, le travail des lettres et le mélange des styles comme le tag, le Flop, le Bubble ou bien le Wildstyle. Ce que je veux mettre en avant dans mes tags c’est ce que m’a séduit dans le graffiti, son énergie et son côté joyeux.

toile colorée de zenoy

Quelles sont tes inspirations ?

J’ai puisé mon inspiration dans la rue, en voyant le travail d’artistes comme DARCO ou Mode2 qui étaient déjà des pointures dans le milieu du graffiti.
Le crew BBC ainsi que des artistes comme SKKI, JAY ou ECHO m’ont beaucoup influencé par leur travail sur les lettres et les personnages : Les Bboys. Si on remonte encore plus loin, il y a l’américain DOZE GREEN, qui est pour moi le King du Bboying.

Après il y avait bien sûr pleins de bon tageurs et graffeurs comme : DISNEY, SINO, GMG, SUBTY, STEDY, BRONCO, TEX, VISION, POISE, CREEK, SHEEK, BANDO, BOXER, COLORZ et tellement d'autres... La scène française à amener énormément à l’époque de part son style et son activisme.

dessin croquis graffiti

Comment voudrais tu que les gens réagissent face à tes œuvres ?

J’ai envie que ça t’apporte quelque chose de positif, de pétillant, comme un feu d’artifice qui t’expose à la tête !

Quelles sont tes plus belles rencontres artistiques ?

Il y en a eu tellement... Si je dois la faire courte, ça se résume en quelques lettres : Les OPR, DUC, les D77 et les DKC. Mes plus belles rencontres sont là ! Ce sont mes Crews et c’est avec eux que j’ai passé mes meilleurs moments. Ils m’ont énormément apporté.

J’ai également eu la chance de rencontrer un grand mécène français qui s’appelle Jean Hamon, qui m’a offert l’opportunité d’une résidence où j’ai pu développer mon art sur toile et aller plus loin dans mon processus créatif.

Quel est ton rapport aujourd’hui entre ton travail en atelier et celui dans la rue ?

Même s’il m’arrive encore de peindre dans la rue,  je privilégie mon travail d’atelier. C’est là que je passe tout mon temps.

aéropostal taguer par l'artiste zenoy

Comment définirais-tu ton travail sur toile ?

C’est un combat que je mène avec la toile. Il faut que j’extirpe, que je coupe  … J’ai les doigts qui s’arrachent, mais j’ai besoin de ce contact. Je ne peux pas prendre mes bombes et ne pas toucher la toile. J’aime cette idée de marquer la toile, comme un message gravé à vie sur le goudron frais ou sur le tronc d'un arbre où l'on marque son petit message qui traversera le temps.

En ce qui concerne les toiles en négatif, l’idée est venue bien plus tard, un peu par hasard. Un jour, j’ai réussi à obtenir une excision entière du tag et je me suis dit que c’était une piste intéressante à exploiter.

graffiti colorée de zenoy

Qu’es ce tu penses du récent engouement autour du street art ?

Je trouve ça très bien. Je ne vais pas m’en plaindre. Pourvu que ça dur ! C’est une chose à laquelle on ne s’attendait pas en se lançant gamins dans le graffiti. Il y encore quelques années,  je n’aurais jamais pu imaginer vendre des toiles et travailler toute la journée dans mon atelier. C’est que du bonheur !  

Qu’es ce que le graffiti t’as apporté ?

Tout ! Je ne faisais rien qui n’était pas en relation avec le graffiti. La moindre de mes sorties était liée à cette passion dévorante. Le graffiti, c’est quelque chose qui te prend toute ta vie. Ça devient totalement frénétique et addictif.



Instagram : https://www.instagram.com/zenoyone/
Facebook : https://twitter.com/zenoy1
Twitter : https://www.facebook.com/Zenoydkc

Retrouvez le aussi en galerie :
Galerie Ange Basso : http://www.galerie-angebasso.com/artistes/zenoy/
Galerie Géraldine Zberro : http://www.galerie-geraldine-zberro.com/artistes/zenoy/

Aucun commentaire